• Lyse Coupey

Diantre, comment une telle souffrance est-elle possible?

Dernière mise à jour : 29 juin


Je suis ancrée, centrée, solide en moi et heureusement car dans ma profession d'accompagnante (déjà à l'école avec les enfants et leur famille) c'est au quotidien que je côtoie la souffrance. Une souffrance le plus souvent muette, une souffrance non dicible car emplie de culpabilité et de honte pour ces maux qui ne devraient pas être puisque "j'ai tout pour être heureux/se" selon le modèle conditionné encore transmis par la conscience collective (bonne profession, belle maison, beaux enfants...). Chaque jour j'observe et je recueille les mots et les maux de ces gens pour qui "tout va bien" mais dont le corps témoigne du contraire.

Je suis bouleversée parfois d'entendre ces discours pleins de compréhension quant à la vie, aux lois de l'univers, à la spiritualité, ces monologues issus du mental, sans émotion, sans intégration dans la matière du quotidien, comme le corps de leur auteur me le montre si bien.

Je me souviens de cet homme, en particulier, semblable à tant d'autres, me listant tous ses accidents depuis sa naissance, toutes ses maladies, me démontrant comment il a subit la présence de ses parents, leurs énergies, et enduré la vie depuis son premier jour puis me demandant de lui redonner son "énergie de naissance" qui lui a été volée par quelque personne malveillante, attendant de moi que je "purifie son âme" pour qu'il puisse avancer désormais.

Comment lui faire comprendre, percevoir même subtilement d'abord, que son âme est pure, que son âme sait ce qu'elle veut et où elle va, que son âme a choisi cette expérience d'incarnation pour grandir justement et que lui, Monsieur XX, s'en est éloigné par ses peurs, ses conditionnements, ses fausses croyances, qu'il s'en est séparé mais qu'elle est toujours là, tentant de se faire entendre à travers ses raideurs et tensions physiques, reflets de ses rigidités mentales, à travers accidents et maladies ? Comment l'aider à quitter ce positionnement de tout sachant, de tout-puissant qui le contrôle, le rend prisonnier de lui même et de ses souffrances, l'empêchant de recevoir tout autre enseignement? Comment lui expliquer qu'il a choisi ses parents pour ce qu'ils pourraient lui apporter d'exercice, de travail, de transformation, de prise de position, d'affirmation, vers la liberté et non pour le confort? Le confort n'a jamais fait progressé et la Vie commence justement quand on sort de cette fameuse zone de confort souvent très inconfortable. Comment lui permettre de réaliser que le jugement qu'il perçoit des autres n'est que le jugement qu'il projette sur eux, sur lui? Comment lui faire rencontrer cette vérité qui dit que son monde extérieur n'est que le reflet de son monde intérieur (chargé de ses bagages psychogénéalogiques et karmiques entre autre), qu'il est souvent plus facile d'accuser l'autre, de trouver un coupable à l'extérieur que de se remettre en question, ce qui est souvent très inconfortable, déséquilibrant (surtout lorsqu'on a trouvé un équilibre dans notre dysharmonie!)? Comment l'accompagner à (re)trouver son propre pouvoir, à décider pour lui de ce qui va l'impacter ou non, à sortir de son positionnement défensif et débordant de méfiance envers tout autre par ce qu'il a douté, dès son arrivée sur terre, de la réussite de son projet de vie?

Voilà toute la magie des accompagnements vibratoires que je pratique : une prise en compte des énergies qui circulent et surtout de celles qui sont cristallisées dans le corps et créent des douleurs physiques, émotionnelles ou mentales. Les soins que je propose, tout comme les formations que j'anime, sont comme un souffle libérateur qui lève le voile sur le paraitre pour laisser l'être apparaitre...

44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout