top of page
  • Photo du rédacteurLyse Coupey

L'ART du TOUCHER


"Il n'y a qu'un seul sens : le toucher" nous dit Mère, l'esprit de la forêt amazonienne dont Laurent Huguelit nous transmet la sagesse dans son livre du même nom.

Il est temps de se réconcilier avec notre sensibilité, explique-t-elle car, "pour déchirer le voile de l'illusion, pour sortir du brouillard qui vous empêche de voir, vous devez affûter votre toucher, pour qu'à sa suite, tous vos sens s'épanouissent... dans l'intention de cheminer en conscience, vous devrez développer votre toucher, vos sens, votre sensibilité".


Nos sens nous donnent les informations sur le monde qui nous entoure et cette reliance à nous-même, à l'autre, à notre environnement est e-sens-tielle. La connexion au réel se fait par les sens, la connexion à ce qui est est dans le toucher nous explique-t-elle : toucher des ondes sur nos tympans, toucher des molécules d'odeur et de saveur par les cellules olfactives de notre nez et les papilles de notre langue, toucher des couleurs par notre rétine... "Tout, absolument tout ce qui est perçu est sensoriel".

De plus, "le cœur est l'organe central du toucher. Au cours du développement de l'embryon dans la matrice, c'est lui le premier à sentir... [puis] les sens convergent vers lui et l'alimentent en sensations afin qu'il puisse se nourrir de la beauté du monde... Cheminer vers sa sensibilité [c'est prendre] le risque de sentir son cœur s'émouvoir au point, peut-être, de toucher du doigt de l'âme sa propre vulnérabilité... [C'est pourquoi] devenir sensible, demande un cœur vaillant, un cœur qui a été renforcé de l'intérieur, un cœur qui a fait de l'exercice pour accompagner la transition vers plus de douceur" Aussi Mère nous rassure-t-elle de ces mots : "Vous n'êtes jamais seuls sur la voie de la conscience. La grande famille du vivant est là, à vos côtés, et marche avec vous".


En réalité, le contact humain est un besoin physiologique : sensible et affectif, il devient transformateur.

La peau, organe de notre corps le plus étendu, s'est formée en même temps que le système nerveux et en est l'extension, en contact avec l'environnement extérieur, en résonnance fine avec lui. alors quel dommage que cet ART du TOUCHER ne soit pas plus valoriser, enseigner et que, plutôt que d'apprendre le merveilleux langage du toucher (du bout des doigt ou de la paume de la main, en effleurement ou avec une pression plus marquée, dans la lenteur ou la rapidité...) nous nous en éloignons par moult couches de graisse ou autres vêtements.


Je répète souvent, lors des formations que j'anime : "Touchez les corps, c'est là que la vie réside et les personnes perdues ont besoin qu'on leur montre le chemin pour revenir vers la matière, le concret alors touchez avec vos mains, contenez et transformez les peines de votre regard".



16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'autre

Je ne suis pas d'accord avec toi Il existe autre chose que danser et tourner sur soi-même, Ce n'est qu'une étape. Tant que tu n'as pas pris les mains d'un autre dans les tiennes, Tant que tu n'as pas

bottom of page